La société des Incas à Valenciennes

La Société des Incas

Selon M. Arthur Dinaux, le goût des festivités dans notre région remonte à plusieurs siècles et on peut en trouver des traces dans plusieurs villes comme Tournai, Anvers, Cambrai, Douai, Lille, Arras, … Il donne plusieurs exemples dont le suivant : Le sieur Jean Bernier, riche bourgeois de Valenciennes, en 1334, organisa un concours des plus belles cavalcades des compagnies des rues de la ville. La rue Delesauch remporta le prix qui était un paon.

Les évènements guerriers ne permettaient certainement pas de faire la fête souvent mais lorsque l’occasion se présentait, le peuple cherchait à se distraire. M. Dinaux cite un poète d’Artois du XVième siècle :

Va-t-en aux festes à Tournay

A celles d’Arras et de Lille

D’Amiens, de Douay, de Cambray,

De Valenciennes, d’Abeville ;

Là verras-tu des gens dix-mille

Plus qu’en la forêt de Torfolz

 

Dans certaines villes, on brûlait une sorte de mannequin à l’époque du Mardi Gras. M. Foucart dans la première partie du livre Descriptions des fêtes populaires données à Valenciennes en mai et juin 1851 explique que durant l’année 1818, quelques jeunes gens de Valenciennes projetèrent de célébrer, l’année suivante, de façon joyeuse, l’enterrement du carnaval.

 

M. Dinaux ne nous donne pas de date exacte pour l’origine de la marche mais il précise qu’en 1808 (donc bien avant la date donnée par M. Foucart), une mascarade dite de Binbin (qui serait le plus jeune des enfants de Gayant à Douai) fut ajoutée à la marche du Pança. Plus tard, « On en écarta le ridicule Binbin en osier et les ignobles masques que figuraient les prisonniers, au profit desquels on quêtait , portant des chaînes, des menottes et trainant leurs boulets , assistés de quelques gendarmes  également masqués, qui ne leur ménageaient ni les coups ni les grossières injures ». 

Selon M. Foucart donc, les jeunes imaginèrent un personnage qui représenterait Mardi Gras et l’un d’eux, M. Fidèle Destrez, choisit le nom de Pança (ou Pancha) à Brouette. Selon M. Foucart, ce nom n’a rien à voir avec un quelconque saint patron des buveurs mais il serait simplement une fantaisie de M. Destrez. Pour M. Dinaux, ce nom pourrait venir de la Flandre (Pança ou Pansard : grosse panse). Pendant quelques années, on promène donc Pança (ou Pancha en patois) le mercredi des Cendres, on le brûle et on tire quelques feux d’artifice. En 1825, la fête avait pris un peu d’ampleur, trop même puisque les autorités locales et surtout le clergé jugèrent mal cette manifestation (Il faut rappeler que l’on est alors sous le règne de Charles X). Pourtant, au cours de la marche, une quête est faite pour les indigents, ce qui donne un caractère philanthropique à la fête. M. Foucart explique qu’une année, un des quêteurs avait eu l’idée de faire fabriquer un cornet géant pour récupérer l’aumône au dernier étage des maisons. En 1825, on décide qu’une organisation forte et sérieuse remplacera les mascarades triviales.

En 1826, une nouvelle société voit donc le jour pour imaginer et programmer une fête « plus respectable ». A sa tête, le grand Inca, directeur général, sera M. Destrez aidé par Nicaise fils, sous-directeur, grand maître des cérémonies. Les conseillers seront Meurice, Becquet, Cellier et Wagret aîné. Les commissaires chefs de tribus seront Patou, Barbenson et Renard. Le trésorier sera Piette et le secrétaire archiviste, Wallon D. C’est la fin de la « farce et des caprices ». Pança va disparaître ainsi que l’immolation. L’idée naît d’un char dédié aux Péruviens et plus exactement aux enfants du Soleil des Incas du Pérou, qui viendrait se joindre au char primitif. C’est ainsi que la société prend le nom «  des Incas ».

Un nouveau règlement de la société est édité en 1828 par Prignet à Valenciennes. En voici les principales parties.

Le règlement du 30/11/1826 est abrogé. Le nouveau comité se composera d’un président, d’un vice-président, d’un maître des cérémonies, d’un secrétaire-caissier, de deux surveillants, de deux commissaires chefs de tribus et d’un chef de musique de la garde nationale. Quatre commissaires seront nommés par les sociétaires pour surveiller les comptes (commissaires aux comptes). La société comptera au moins 100 membres sans compter les musiciens. Un homme sera payé sur la masse pour porter les cartes, encaisser les participations mensuelles et faire les autres démarches.

Le droit d’entrée est fixé à 3F plus 0,50F par mois pour frais de bals, marches, etc …

Si la demande a lieu après la marche du Pança pour pouvoir assister au bal de la Mi-carême, le droit d’entrée est porté à 10F.

Il y aura au moins cinq réunions dans l’année et elles seront payées :

-          Un bal paré et champêtre en juin

-          Un bal paré en septembre

-          Une mascarade en carnaval

-          Une promenade nocturne le mercredi des Cendres

-          Un bal travesti le jour de la Mi-carême

Chacun devra faire preuve de respect et sera responsable des étrangers qu’ils feront participer aux fêtes. Il est interdit de parler de politique dans les réunions ou dans les bals. Chaque sociétaire est tenu, sous peine d’amende, de participer aux funérailles d’un autre sociétaire.

La société ayant un caractère philanthropique, les produits des quêtes sont remis à M. le Maire avec l’utilisation qu’il doit en faire. D’autres articles précisent les différents cas rencontrés par les sociétés.

 

De 1833 à 1838, la marche prend des proportions de plus en plus grandes. M. Dinaux note que le 25 mars 1838, la société compte 500 membres avec 100 quêteurs et 200 porte-fallots (pour éclairer la marche de nuit), onze chars triomphaux et entre ces chars, les tribus et les cavalcades. La collecte rapporta alors 3909F et 95 centimes contre 2554F et 90 centimes en 1836. En 1840, sa splendeur fut telle que chacun pensait ne plus pouvoir se surpasser à l’avenir. C’était la première fois que la fête durait deux jours : une marche le dimanche 29 mars et le lundi 30, des jeux et distractions diverses (archers, course aux ânes, concert).

La société s’endormit quelques années et en 1849, une nouvelle société des Incas fit le projet ambitieux d’une marche pour 1851, avec comme thème : l’Allégorie des Peuples conduits à la concorde par la Civilisation. D’après M. Dinaux, les évènements de 1848 avaient entraînés des difficultés sociales et le besoin d’aider les plus démunis se faisait sentir.

De nouvelles études et de nouvelles recherches furent faites pour réaliser une grande fête. Chacun participa à sa manière. Le Conseil municipal décida la réalisation d’une statue de Froissart bien que cette idée fut du début des années trente mais jamais mise en application. C’est à M. Henri Lemaire que fut confiée la réalisation de l’œuvre qui sera intégrée dans un ensemble dont l’architecture fut confiée à M. Casimir Pétiaux. La première pierre fut posée le 19 mai 1851, c'est-à-dire dans la période des fêtes populaires de Valenciennes. L’inauguration officielle aura lieu le 21 septembre 1856. Pour l’un des tableaux de la marche, il fallait un éléphant ! Ce sera Carpeaux qui réalisera la tête de la bête. Tous s’investissaient dans ce projet. Qu’allaient être ces fêtes ?

Le programme des fêtes populaires données les 11, 12 et 13 mai 1851 à Valenciennes.

Les paragraphes qui suivent s'inspirent du livre de M. Dinaux. Il s'agit dun aperçu de ce programme très riche.

 


Grosse cloche Jeanne de Flandre

 

Cette cloche qui a été recueillie intacte des débris du beffroi, sera hissée dans un campanile en charpente, sur la place Saint Géry, et annoncera par des sonneries le commencement et la fin des fêtes et des jeux. La première sonnerie aura lieu le samedi 10 ami au soir.

 

Première journée : Dimanche 11 mai

 

Jeux publics

 

À  onze heures du matin : Tir à l’arc sur l’Esplanade

 

À trois heures de l’après-midi : Grande marche de jour avec pour thème « Les époques mémorables de l’histoire de France »

 

1 Clovis

 

Premier char :

 

a)      Charlemagne avec ses douze pairs, ….           b) Guillaume le Bâtard marchant avec ses Normands

 

Deuxième char :

 

a)      Godefroy de Bouillon …  b) Saint Louis    c) Charles VIII  d) Louis XII

 

Troisième char

 

a)      François 1er  b) Henri IV   c) Louis XIII

 

Quatrième char

 

a)      Louis XIV   b) Le Maréchal de Saxe   c) Les gardes nationaux de 1789   d) L’Empire   e) Soldats, spahis, …

 

 

 

À huit heures du soir : Grande illumination

 

À la même heure : Grand festival de chant

 

 

 

Dans la nuit : Bals publiques

 

 

 

Deuxième journée : Lundi 11 mai

 

 

 

Pose de la première pierre d’un monument à ériger au chroniqueur Froissart

 

 

 

Jeux publics

 

À deux heures de l’après-midi ; Deux fontaines adossées à la salle de spectacle laisseront couler du vin.

 

Des distributions de comestibles auront lieu au domicile des pauvres par les soins de l’administration des hospices et les établissements charitables.


 

Ascension aérostatique

 

À trois heures de l’après-midi, M. Godard fera ses préparatifs de départ pendant que plusieurs musiques exécuteront des morceaux d’harmonie.

 

Des ballons grotesques dit ballons d’essai, seront lancés pour connaître la direction du vent.

 

M. Godard fera son ascension à cheval sur un mouton suspendu à quinze mètres au-dessous de la nacelle. Parvenu à une grande hauteur, il abandonnera sa monture et rentrera dans sa nacelle en l’escaladant. Il lancera alors des bombes météorologiques et à détonation.


 

Grand festival sur la Place d’Armes : À six heures.

 

 

 

Troisième journée : Mardi 13 mai

 

 

 

Jeux publics

 

À dix heures du matin : Suite du tir à l’arc.

 

 

 

À la même heure : Colin Maillard grotesque sur la Place d’Armes.

 

1er prix : Deux couverts en argent   2ième prix : Un couvert et six cuillers à café …

 

 

 

À onze heures du matin : Grand concert à la salle de spectacle.

 

Les artistes les plus distingués de Paris illustreront ce concert.

 

À midi : Second départ des quêteurs de la Société des Incas dont la devise est : Union, Plaisir, Humanité.

 

À huit heures du soir : 

Marche allégorique des peuples  conduite par le Génie de la civilisation à la concorde universelle.

 

La description étant longue, je me borne à donner uniquement les grandes époques et leur contenu.


 

Première époque : L’Antiquité (L’Égypte ancienne, l’Éthiopie, la Perse, la Grèce, l’Empire romain)

 

Deuxième époque : Le Moyen-Âge (Établissement du christianisme en Occident, les Maures sous les califes, les Croisades)

 

Troisième époque : Les Temps modernes (Grandes découvertes du XVe siècle, Siècle de Léon X, XVIIe siècle et Louis XIV, 1789 et le XIXe siècle)

 

 

 

Appendice allégorique complétant la marche :

 

L’agriculture, le Commerce, les Arts, l’Industrie se développent sans obstacle grâce à la Paix universelle.

 

Valenciennes prouvant par ses grands hommes et son activité industrielle qu’elle n’est pas en reste en dehors des progrès de l’esprit humain.

 

400 porteurs de fallots en costume feront la haie à droite et à gauche du cortège.

 

Des bombes et des fusées volantes donneront le signal de départ.


 

Après la marche, Grand feu d’artifice tiré par M. Ruggiéri.

 

 Incas

 

Apothéose dans le temple de la Concorde étincelant de feux de différentes couleurs.

 

 

 

À minuit, Grands bals à la salle de spectacle et dans les établissements publics.

 

 

 

Voilà donc ce programme bien chargé des fêtes populaire de mai 1851.

 

 Incas

 

Un accueil particulier avait été réservé aux étrangers ( c'est-à-dire « non valenciennois !). Malheureusement la météo en avait décidé autrement et les projets ne furent … que des projets. La Société avait prévu un Arc de Triomphe qui devait se trouver près de la porte Ferrand, par laquelle arrivait ordinairement la foule de voyageurs. Il devait se trouver près du pont sur le Vieil-Escaut, vers la porte de l’académie de peinture.

 

Un autre arc devait joindre l’Hôtel de ville à la salle de spectacle.

Bibliographie:

Description des fêtes populaires données à Valenciennes en mai et juin 1851

Règlement de la société des Incas

Ci-dessous un des chars  qui participa à cette marche: le char des Incas

incas-2.jpg

Date de dernière mise à jour : 2013-12-14 15:01:09