1914-18 Les batailles d'Haspres

Dans un article du premier numéro du magazine « Tranchées » (avril – mai – juin 2010), un article de Yves Buffetaut semble-t-il, intitulé « Cambrai 1914 – La 84ième division territoriale au feu », signale « La bataille d’Haspres ».

Voici le passage concernant notre village :

C'est à 3 heures du matin, le 25 août (1914), que le 26ième RIT quitte Valenciennes pour se replier vers l'ouest et bivouaque à 6 heures à la ferme de l'Hô­pitaL Les hommes étant fatigués, le capitaine Provôt réquisitionne à Famars une grande voiture de paysan pour y déposer les sacs des - hommes et quelques éclopés.

À 8h30, la colonne reprend le chemin: «la compagnie Baumann formant l'avant-garde, le train régimentaire l'accompagnait, seul un fourgon fut distrait pour porter les vivres et bagages de l'état-major et du 1"' bataillon. Le gros de la colonne commandé par le lieutenant-colonel Le Saux avec qui marchait le colonel d'Harcourt se mit en marche à 10 heures. Le gros était constitué par la 2' compagnie commandée par le lieutenant Le Hir. Le drapeau et sa garde de sapeurs venaient ensuite avec le reste de la Cie HR, puis la 6' compagnie commandée par le capitaine Debeauve. »

A Monchaux-sur-Ecaillon, on prévient les hommes que les Allemands sont dans un petit bois, mais, après fouille de celui-ci, les territoriaux ne trouvent rien.

Pendant ce temps, la compagnie Baumann est entrée dans Haspres, où elle est attaquée. Baumann envoie un cycliste prévenir le colonel d'Harcourt. Celui-ci ordonne immédiatement au lieutenant-colonel Le Saux de monter une attaque. La 6ième compagnie se déploie vers le nord du village.

« Lorsque le mouvement fut commencé le lieutenant-colonel pour animer les combattants engagés sur la ligne, ainsi que les nouveaux échelons de secours fit sonner et battre la charge et fit descendre le drapeau avec les tambours et clairons jusqu'au pont du chemin de fer et aux premières maisons d'Haspres. La 2" compagnie suivit le mouvement. ( ... ) Ils furent assaillis en atteignant les premières maisons d'Haspres par un feu violent de l'artillerie ennemie dont les shrapnells arrosaient constamment les maisons et les hommes. L'impression première sur les hommes fut assez forte, mais en leur montrant à bien longer les maisons ils se remirent en route et s'avancèrent jusqu'à la rivière. Comme il n'y avait qu'un pont sur celle-ci, tout l'échelon dut traverser par ce pont, puis guidé par le lieutenant-colonel et poussé par le capitaine Provôt qui tâchait d'engager sur cette ligne le plus de monde possible, de reprendre les rues vers la droite afin de gagner le mouvement tournant essayé vers le nord. Les shrapnells couvraient le village et venaient nettement de batteries placées à la lisière du petit bois. »

Il se révèle impossible de chasser les Allemands du petit bois et les territoriaux se replient à partir de 16 heures. Les troupes sont forcées de traverser Haspres, ce qui ne se fait pas sans mal. Le lieutenant-colonel Le Saux, fatigué, ordonne à ses hommes de partir sans lui.

 

Arrivée à Verchain, la colonne attend son Chef, mais faute de nouvelles, elle part vers Solesmes et y arrive à 19 heures. De là, elle part au Cateau, où le capitaine Letellier, accompagné de 300 hommes, reçoit l'ordre de rejoindre le dépôt du régiment à Mayenne.

Le reste du régiment embarque le lendemain pour Beauvais, puis Dieppe.

Le 26" RIT a perdu 35 tués à Haspres et un nombre plus grand encore de blessés et de prisonniers. Les morts sont enterrés dans une fosse commune dans le cimetière du village. Ils ne seront transférés ailleurs que dans les années 1970 (dans une nécropole nationale proche

de Maubeuge).

Notons que le régiment ne compte plus, à Dieppe, que 500 hommes environ, officiers compris. Ils seront renforcés début septembre de 471 hommes et quatre officiers venus de Mayenne.

 

Le 27e RIT dans la tourmente

Nous venons de voir que le 26" RIT avait beaucoup souffert en quelques jours, à Condé, puis Haspres. Le 27ième est engagé sur la gauche du 26ième. Il tient le secteur du pavé d'Hordain, sur la route de Valenciennes à Cambrai, à partir du 22 août.

Le 25, les Allemands apparaissent. Les avant-postes, tenus par un peloton de la 2" compagnie (1er bataillon), sous les ordres du lieutenant Jolivet, résistent jusqu'à la dernière extrémité, selon les termes du JMO, puis se replient sur Iwuy.

Cette bataille se déroule dans le cadre d’une offensive décrite comme suit par l’auteur :

« Pour accompagner les troupes françaises qui montent en Belgique à la rencontre des Allemands, le général Joffre a prévu le déploiement de plusieurs divisions territoriales, dont la mission est d’établir « un barrage de Maubeuge à Dunkerque pour protéger le région du Nord contre les incursions ennemies ».

 Partie du monument aux morts de Haspres 

Monument

Cependant, un autre épisode dramatique se déroula à Haspres pendant « la Grande Guerre ». Il donna lieu, en juin 2008, à une cérémonie  commémorative et à l’inauguration du «  Chemin du Régiment du York and Lancaster ». (voir les photos ci-dessous)

Voici le récit qui en fut fait :

Au début du mois d'octobre 1918, les Allemands étaient repoussés sur tous les fronts. Les 4° et 5° Bataillons du Régiment York et Lancaster (4° et 5° Y&L) appartenaient à la 148° Brigade, avec le 4° Bataillon Royal d'Infanterie Légère du Yorkshire (4° KOYLI).

Le 1 1 octobre, la Brigade quitta Cambrai et s'installa en bivouac aux sortie est de Naves.

Le 12 octobre, les Bataillons se déplacèrent au nord de la route Cambrai­  Saulzoir et les Chefs de Corps des 4° et 5° Y&L reçurent pour le lendemain la mission de s'emparer d'Haspres et de franchir la Selle; le 4° KOYLI restant en soutien en 2° échelon. Les éléments de reconnaissance du 4° Y&L furent pris à partie par des tirs venant des hauteurs d'Avesnes-Ie-Sec, alors que les renseignements qui leur avaient été fournis indiquaient que l'ennemi s'était replié vers l'est, au-delà de la Selle. Les éléments du 5° Y&L essuyèrent des tirs provenant de l'est de la Selle. D'importantes pluies tombèrent durant la nuit.

Le déclenchement de l'attaque avait été fixé à 9 heures 00 le 13 octobre. L'artillerie avait reçu l'ordre d'appliquer un tir de barrage de 30 minutes à l'est de la Selle puis de rechercher des objectifs potentiels au-delà d'Haspres. Les bataillons de tête avaient demandé une préparation d'artillerie sur la rive ouest de la Selle, mais celle-ci n'eut jamais lieu. Le 19° Bataillon de Fusiliers du Lancashire était positionné entre le 5° Y&L (à sa droite) et le 4° Y&L (à sa gauche), ce dernier ayant lui-même à sa gauche le 5° Bataillon Seaforths.

Dès que les éléments de tête atteignirent la ligne de crête dominant Haspres, ils furent pris sous un déluge de feu: des tirs d'artillerie sur les abords ouest d'Avesnes-Ie-Sec et un violent barrage de tirs de mitrailleuses sur toute la ligne d'attaque.

Le 5 ° Seaforths ne put démarrer de sa position de départ, de sorte que lorsque le 4° Y&L s'élança, il fut pris à partie sur son flanc gauche. Les Allemands n'avaient en aucune façon souffert de nos tirs d'artillerie. Lorsque les bataillons du Y&L furent sur le point d'atteindre la rivière, ils étaient presque à court de munitions et ils avaient subi tant de pertes qu'il furent progressivement repoussés sur la colline jusqu'à la ligne maintenant tenue par le 40 KOYLI.

Le 40 Y&L s'était lancé dans l'attaque avec 20 officiers et 600 soldats. Seuls 4 officiers et 240 soldats répondirent à l'appel le lendemain. Au 5°Y&L, les pertes furent sensiblement du même ordre. Ceci explique les 108 morts des 2 bataillons Y&L enterrés au cimetière York et les 50 du bataillon de Fusiliers du Lancashire tombés le même jour et enterrés, à proximité, au cimetière Coppice.

Plus au sud, les Allemands furent repoussés au-delà de la Selle. Le 20 octobre, une nouvelle attaque fut lancée par la 1480 brigade et Haspres fut libérée 3 jours plus tard.

 

The battle for Haspres 13th - 23rd october 1918

At the beginning of October 1918, the Germans were being pushed back everywhere. The 4th and 5th York and Lancaster (Y&L) battalions were in 148 Brigade with 4th Kings Own Yorkshire Light Infantry (KOYLI). On 1 1 October; the Brigade moved out of Cambrai and bivouacked just east of Naves. On 12 October; the battalions moved north of the Saulzoir ­Cambrai road and the Commanding Officers of the Y&L battalions received a warning order to capture Haspres and cross the River Selle the next day. 4 KOYLI was the reserve battalion. The reconnaisance party of 4 Y&L were fired on from the high ground near Avesnses-Ie-Sec even though they had been told that the enemy had withdrawn east over the River Selle. 5Y&L were fired on near Saulzoir from the east of the river Selle. Heavy rain fell during the night.            '

Zero hour for the attack on 1 3 October was set for 0900 hours. The artillery had been ordered to put down a barrage east of the Selle for 30 minutes and then to search for likely targets beyond Haspres. Although the artillery was asked by the lead battalions to bring down tire on the west bank, this did not happen. The 1 9th Lancashire Fusiliers were on the right of 5 Y&L with 4 Y&L on their left and 5th Seaforths on the left of 4 Y&L. As soon as the leading troops reached the ridge in front of Haspres, the enemy put down a barrage on the ridge: shelled the ground west of Avesnes and very intensive machine gun fire broke out all along the front.

5 Seaforths made no progress at ail 50, as 4 Y&L advanced, they were fired on from their left. The Germans were entirely unmolested by our artillery. By the time the Y&L battalions had nearly reached the river; they had had 50 many casualties and were running short of ammunition and were gradually forced back up the hill to the line now held by 4 KOYLI. 4 Y&L had gone into battle with 20 officers and 600 soldiers. Only 4 officers and 240 men answered roll call the next day. 5 Y&L was similarly affected. Hence the 108 members of both York and Lancaster battalions buried in York Cemetery and the 50 Lancashire Fusiliers killed on the same day and buried in nearby Coppice Cemetery.

Further south the Germans were pushed back over the Selle. A further attack was launched by the Rifle Brigade on 20 October and Haspres was freed three days later.

 

 

Mr Keith Murphy et Mrs Jayne Bell qui sont respectivement le petit fils et l'arrière petite fille du soldat Oliver James La cérémonie en face du cimetière, en haut du chemin l'inauguration du Régiment Y and L

Cérémonie pour l'inauguration du Chemin du Régiment York and Lancaster (ex chemin de Cambrai)

keith-jayne.jpg ceremonie.jpg inaug.jpg

Discours de M. le Maire  de Haspres, traduit par une assistante britannique qui habitait Haspres à l'époque, Jenny Robert

Jayne, très émue, lors du discours d'un représentant  de la délagation britannique

Le canon et les Canonniers entourés par des représentants de la délégation britannique

 

discours.jpg disc2.jpg canon.jpg

 

 

Date de dernière mise à jour : 2014-11-10 17:32:33

×